Le projet de géothermie profonde à Vendenheim-Reichstett

15 JUIN ! 

L’entreprise FONROCHE va commencer ses travaux de forage de géothermie profonde jusqu’à 4.500 mètres de profondeur sur le terrain de l’ancienne raffinerie de Reichstett, à côté de trois sites SEVESO, à travers la nappe phréatique, près du stationnement de wagons de GPL, et, surtout, à proximité immédiate de nos habitations.

 

Une menace pour notre environnement et notre qualité de vie !

Strasbourg, Oberhausbergen et la région Allemande proche ne veulent pas de tels forages chez elles ; peut-être ont-elles entendu parler des résultats catastrophiques des expériences menées à Bâle, Landau ou Saint Gall !

Le Président de l’Eurométropole, quant à lui, se félicite de ce « premier forage de géothermie profonde en milieu urbain en France ».

Or le milieu urbain en question, c’est NOUS, les habitants de Reichstett !!!

 

Un constat possible pour votre habitation, avant le début des travaux :

Avant que ne commencent les travaux, et sur préconisation de PREE, FONROCHE a fait constater par huissier l’état d’environ 500 bâtiments à REICHSTETT. Cette procédure consiste à prendre en photo les façades et/ou fondations des maisons de manière à disposer pour l’avenir d’un document certifié en cas de recours. Ce constat pourra vous servir vis-à-vis des assurances en cas de sinistre dû aux travaux de forage (craquelures, fissures, lézardes, crevasses, et plus …).

 

Si votre maison n’a pas été retenue, vous pouvez faire dresser à votre propre initiative un tel constat, avant le 15 juin, début des travaux de forage : PREE a négocié pour vous des tarifs auprès de son huissier, Maître SAYER à 180 € TTC, la prestation (03 88 32 35 14).

Pour savoir si votre maison a fait ou fera sous peu l’objet d’un constat, vous pouvez téléphoner à l’étude de Me Westermann (03 88 05 46 00) à Haguenau choisie par Fonroche qui pourra d’ailleurs également réaliser un constat à votre demande au même tarif. Dans les deux cas, pour obtenir ce tarif préférentiel, il vous suffit d’indiquer que vous êtes adhérent de PREE.

 

Vous êtes concernés !

Mobilisez-vous en rejoignant notre association PREE !

Dans le cadre de l'enquête publique de la géothermie à Hurtigheim...

L'un de nos membres, Monsieur Morzuch, a déposé une motion sur l'analyse critique des chiffres de Fonroche, qui met en évidence que le cycle ORC Rankin a un rendement de 10% à peine et une chaleur résiduelle fatale de moins de 30°.

L'intégralité de cette motion est disponible sur simple demande à notre adresse mail, pree.reichstett@gmail.com

Par arrêté du 24 mars 2016, le Préfet de la région Alsace - Champagne-Ardenne - Lorraine a autorisé la Société Fonroche Géothermie, dont le siège social est à Roquefort(47310), à effectuer les travaux de forage de deux doublets géothermiques comprenant quatre puits à une profondeur d'environ 4000 mètres, les travaux de tests et de circulation ainsi que les travaux d'amélioration dans le réservoir sur le ban de la commune de Vendenheim, ceci d'ailleurs malgré l'avis défavorable de cette commune en date du 5 octobre 2015.


Plus précisément où cela ? Dans la zone de l'ancienne raffinerie de REICHSTETT, à proximité des lieux de stockage d'hydrocarbures en cuves (et peut-être en wagons).


Notre association n'est pas rétrograde ou bornée et nous pensons qu'il faut des énergies alternatives renouvelables et propres. Mais faut-il courir de tels risques sur une zone comportant trois "sites Seveso seuil haut" et à proximité des habitations de Reichstett ???


Quel peut être l'effet d'un séisme sur les tubages ? Qu'en est-il des risques de rupture ? D'éventuels contacts entre la nappe phréatique et le liquide géothermal chargé de saumure et radioactif ?

Port aux pétroles de Strasbourg

Et autour de Reichstett ?


La mairie d'Oberhausbergen a déposé un recours contre un arrêté préfectoral daté du 14 octobre 2015 autorisant la Société Fonroche à entreprendre des travaux de forages géothermiques sur une excroissance du ban d'Eckbolsheim tout à côté d'Oberhausbergen.

L'enquête publique s'était pourtant soldée par un avis défavorable dans ce cas-là ...


La ville de Strasbourg n'a pas voulu de forages sur le site du Port aux pétrole de la Robertsau. Le maire de Strasbourg s'est exprimé clairement : "choisir un site SEVESO, c'est multiplier les risques".

Délibération au Conseil Municipal du Strasbourg du lundi 22 juin 2015

Extraits :

Dans ce contexte, la Ville de Strasbourg souhaite exprimer sa position favorable au principe même du développement des énergies renouvelables, dont la géothermie profonde, mais défavorable au projet spécifique déposé par Fonroche au Port autonome de Strasbourg.


En se mobilisant récemment en faveur du projet "Territoires à Energie Positive pour une Croissance Verte", l'Eurométropole et la Ville de Strasbourg ont clairement affiché leur soutien à la promotion sur leurs territoires des énergies renouvelables – dont la géothermie - pour autant que leur développement satisfasse au principe de précaution et aux exigences de sécurité environnementale et d'adhésion citoyenne.


Pour autant, malgré les garanties présentées, un doute légitime persiste concernant l'absence de risque spécifique lié à la mise en œuvre d'une technologie en développement de surcroît dans un environnement à risques et par une entreprise n’ayant pas elle-même d’expérience réussie dans ce cadre.


Quelle est la différence avec le site de l'ancienne raffinerie à Reichstett/Vendenheim ?


UN PEU D'EXPLICATIONS SUR LA GEOTHERMIE...

Il existe trois types de géothermies :  

- La  géothermie Très basse énergie (moins de 30°C): chauffage de piscines, de serres, bassins de pisciculture, de maisons individuelles...

- La géothermie Basse énergie (30 à 90°C) : Chauffage urbain collectif.

- La géothermie Haute énergie :Électricité, production industrielle ou agricole.

C'est de la troisième qu'il est question ici et plus spécialement de systèmes géothermiques stimulés ("enhanced geothermal systems" ou EGS).

Plus on descend pour avoir de l'eau à bonne température (autour de 200°C), moins cette eau est abondante et son débit faible. Il faut donc élargir les fractures existantes en injectant de l'eau sous pression et des produits chimiques : c'est la stimulation hydraulique. Cette technique comporte des risques : elle peut notamment générer des (micro)séismes et c'est ce qui s'est produit à SOULTZ-sous-FORETS, site pilote ou à BALE, en Suisse. Dans ce deuxième cas, et après un séisme de 3,4 sur l'échelle de Richter, les expérimentations ont été arrêtées. Ce facteur ne serait pas encore pleinement compris par les scientifiques.     

Pourquoi la géothermie par fracturation de la roche ?


La France veut réussir sa transition énergétique et recherche des solutions : un fonds de garantie de 50 Millions d'Euros a été créé, et des permis de recherche sont accordés aux industriels en Alsace, mais aussi dans d'autres régions, en vue d'implanter des centrales de co-génération électricité-chaleur. Pourtant, "France Nature Environnement" et le "Comité de Liaison Energies Renouvelables" dénoncent la faible rentabilité énergétique de ces centrales et leur risque pour un coût trop élevé.
La géothermie "haute température" reste intéressante dès lors que l'eau chaude n'est pas profonde (en Islande par exemple). Les pompes à chaleur aussi qui vont chercher de l'eau moins chaude à moins de 100 m de profondeur.

Mais ici, le manque de fiabilité, les risques induits, le coût, la faible rentabilité militent pour d'autres solutions.


Pourquoi la géothermie profonde à Vendenheim ?


En 2010, un arrêté ministériel "Les tarifs d’achat de l’électricité produite par les énergies renouvelables et la cogénération" a fixé le prix du rachat de l'électricité géothermique à  20 c€/kWh , + prime à l’efficacité énergétique comprise entre 0 et 8 c€/kWh (contrat de 15 ans).


Dans le cadre des missions de service public, prévues par le code de l'énergie, EDF ou les entreprises locales de distributions (ELD) lorsque les installations sont raccordées à leur réseau, sont tenues d'acheter l'électricité produite par certaines installations dont l'Etat souhaite encourager le développement, à des conditions définies par les pouvoirs publics.


Des industriels ont compris que cela pouvait leur rapporter de l'argent.

Par exemple la société Fonroche qui était spécialisée dans le photovoltaïque, l'éclairage et le biogaz s'est lancée dans la production d'électricité géothermique.


Fonroche, qui n'a aucune expérience à long terme en géothermie profonde, se présente comme le leader Français de la géothermie profonde. Il travaille sur + de 10 projets en France. Et le premier forage est prévu à Vendenheim.

Pour convaincre les habitants, Fonroche a créé un site d'information sur Internet.

Prenons au hasard quelques explications :

Que se passe-t-il à l’issue de la durée d’exploitation ?

Fonroche : A l’issue de la période d’exploitation (30 à 60 ans au moins) le puits est «bouché » avec du ciment. Après la procédure de bouchage, le puits reste sous la surveillance du détenteur de la concession (l’industriel qui a fait l’investissement) ou de l’Etat en cas de fin de concession.

Nous :  Et les 4 puits, corrodés et ébranlés, combien de temps tiendront-ils ?


Quelle est la durée d’exploitation d’un doublet de géothermie ?

Fonroche : Le doublet est le dispositif qui associe deux conduites forées en sous-sol, l’une pour remonter l’eau des couches profondes, l’autre pour la retourner dans ses couches d’origine après en avoir extrait les calories par l’échangeur thermique en surface. La centrale géothermique est exploitée pendant 60 ans au moins. L’industriel vise un retour sur investissement sur 30 ans.

Nous : Un retour sur investissement de 30 ans? Avec un gain de 10 à 15M € par an c'est plutôt 4 à 5 ans ... 


Quel est l’impact environnemental ?

Fonroche : Une unité d’exploitation géothermique n’a aucun impact sur la nappe phréatique, aucun impact visuel, aucun impact olfactif, aucun impact routier pour la distribution de l’énergie produite, elle n’émet aucune pollution dans l’atmosphère ou le sol et ne présente aucun risque d’explosion. Sa contribution dans la lutte contre le rechauffement climatique est trés positive.

Nous : Aucune pollution sonore ? Aucun rejet d'une quantité gigantesque de chaleur dans l'atmosphère ?


Quid des puits de géothermie sur des sites classés Seveso ?

Fonroche : Un projet de géothermie profonde est strictement encadré. La Demande d’ouverture de Travaux (DODT) est instruite par les services de l’Etat, avec le soutien des experts de l’INERIS. Elle est ensuite soumise à l’avis favorable de l’autorité environnementale du territoire concerné (DREAL).

Le périmètre Seveso est donc scrupuleusement analysé mais ne présente en soi pas de risque supplémentaire du fait d’une installation de géothermie profonde. Bien au contraire les autorités tendent à privilégier les installations géothermiques dans des environnements déjà industrialisés par souci de cohérence. Par ailleurs, l’industriel candidat se doit de sécuriser le risque financier important engagé dans chaque projet et d’en assurer le nécessaire retour sur investissements. Il ne prendrait donc pas le risque d’une installation dans un environnement présentant potentiellement des dangers.

Nous :  Avec le fond de garantie de l'état, quel risque financier ?


Comment peut-on être certain que les erreurs commises à Staufen-im-Breisgau, Bâle ou Landau ne se reproduiront pas ?

Fonroche : Les répercussions sismiques du sous-sol de Bâle étaient la conséquence de l’emploi de la fracturation hydraulique qui a pour objectif de créer de nouvelles fractures dans les roches, avec des pressions d’injection supérieures à 350 bars. Les industriels comme FONROCHE Géothermie pré-calculent les contraintes en présence dans les failles, grâce à la surveillance de la sismicité naturelle, pour définir la pression maximale utilisable. Sur l’Alsace par exemple, elle est de l’ordre de 100 bars. FONROCHE Géothermie n’utilise pas la fracturation hydraulique, mais pratique le nettoyage des fissures naturelles préexistantes avec une solution d’acide acétique (base du vinaigre), avec des pressions d’injection inférieures à 100 bars en tête de forage.

Dans le cas de Landau, l’architecture de puits n’aurait pas pu être acceptée par les normes et la législation françaises.

La sismicité ressentie par la population y était lié à une trop grande pression d’injection de l’eau chaude dans le puits injecteur. Cette pression a dépassé le seuil d’acceptabilité qui doit être connu au préalable pour éviter ce phénomène.


Nous : Une colonne d'eau d'une hauteur de 4000 m  = 400 bars + la pression d'injection de 100 bars = 500 bars.


Au fond des puits, l'énorme pression de 500 bars, sur par exemple une surface de 10mx10m, correspond à une force de 500.000  tonnes (le poids de 50 tours Eiffel !!) 


************************************************************************************

POUR TOUTES CES QUESTIONS SANS REPONSES, ET PARCE QUE NOUS SOMMES ENTOURES DE TROIS ZONES SEVESO HAUTES, NOUS REFUSONS LA GEOTHERMIE PROFONDE A REICHSTETT !!!

La ville de Kehl a d'ailleurs également exprimé son refus de ce projet...